Nos Portraits

Triipcool La Rochelle et la Jeune Chambre Économique de La Rochelle ont réfléchi conjointement à la situation économique et psychologique des commerçants de notre belle ville ne pouvant plus exercer leur activité, à la suite de la situation sanitaire engendrée par la covid-19. Triipcool fait travailler des acteurs locaux, qui interviennent à domicile. Cette entreprise a à cœur d’être pleinement solidaire des commerçants qui ont dû cesser toute activité. Ainsi, lors d’une réunion avec La Jeune Chambre Économique de La Rochelle, nous avons pensé au moral de nos partenaires et réfléchis à ce que nous pouvions mener comme action conjointe. Nous avons donc eu de dresser des portraits des commerçants qui ne peuvent plus ouvrir leur commerce en leur donnant la parole afin qu’ils puissent exprimer leurs ressentis.

La rochelle

Le Baron Moleskine
9 Rue de la Ferté, 17000 La Rochelle, France.
https://www.baronmoleskine.com/

 

Le Baron Moleskine face au covid 19.

Interview de  Monsieur Joubert Ludovic, responsable de " Du Baron  Moleskine". Interview mené par Marion Sineux, Jeune Chambre Economique de La Rochelle.

On se pose la question du mal-être chez les commerçants…

Oui, on le constate tous les jours ! Cette dernière fermeture est difficile pour le moral de ces derniers. Les mois d’avril et mai sont très importants pour eux car il s’agit de la pré saison touristique, avec les vacances de Pâques et les ponts du mois de mai…

Le baron est fermé depuis novembre ?

Oui. Tout le monde est au chômage partiel. Nous sommes quatre associés qui avons repris l’aventure en février 2020. Sur les quatre mercenaires, il y a un assureur qui est sur la partie administrative et sur le relationnel; Freddy qui est barman, ancien serveur et aussi cuisinier, et Franck, qui possède également un restaurant et des food trucks, qui est en cuisine aussi. Je suis le président de la SAS et je m’occupe de toute la partie administrative et la communication. Ce qui nous manque maintenant, sans parler de l’aspect financier, c’est se faire plaisir et partager, parce que si tu n’aimes pas faire plaisir aux gens, tu ne fais pas ce métier-là. C’est un métier de service, c’est cette aventure humaine qui nous a plu. Se rassembler et partager ! Habituellement, c’est une ambiance de bar-restaurant très conviviale et généreuse. Le midi, on a une cuisine traditionnelle du marché avec des produits revisités par notre Cheffe, et le soir, des planches terre et/ou mer, huitres, entrecôtes à partager… on sert jusqu’à minuit. On monte un peu le son après 23h (dans le respect du voisinage bien évidemment) ça fait danser. On veut arriver à une formule un peu comme le Café Pop à Bordeaux ; on va au restaurant pour prendre un apéro avec des assiettes, des planches à fromage, et derrière des cocktails, de la musique pour s’ambiancer, s’amuser.

Qu’est-ce qui est le plus difficile avec les fermetures et réouvertures ?

C’est de ne pas avoir de date, on ferme pratiquement du jour pour le lendemain. Après c’est l’attente…

Vous aviez des projets ?

L’idée, c’est que les personnes puissent se déplacer, avoir un vrai échange de table en table, discuter, chanter et danser. C’est comme ça qu’on voit le Baron Moleskine, on est donc un peu freiné.

Savez-vous à peu près comment vous allez rouvrir ?

Ce sera six par table. Tout le monde assis bien évidemment. On continuera à mettre de la musique et les gens continueront à s’amuser, mais sur place il va falloir que l’on fasse attention à ce que les gestes barrières soient respectés. C’est difficile parce qu’on doit faire la police. Mais nous sommes garants du respect de ces mesures sanitaires, pour notre sécurité et celle de tous nos clients!  L’idéal par la suite, ce serait de mettre en place des concerts quand nous aurons les autorisations nécessaires.

Vous avez l’ « Escape game », le  « Baron » et le magazine « La Rochelle Madame », comment tout ça a et va évoluer ?

On essaie toujours de réfléchir à s’améliorer. Au « Baron », entre associés on en a profité pour faire des petits travaux. On a nettoyé de fond en comble tout le restaurant dans les moindres recoins. Là, on repeint le bar. Ça fédère, on se retrouve au delà de nos activités propres à chacun. À l’escape, nous travaillons sur d’autres projets de scénarios, on cherche de nouvelles idées pour nos joueurs. Les salariés sont tous au chômage partiel mais on garde le contact par messages.

 

 

 

Ils le vivent comment ?

Nous avons un tchat commun avec les salariés pour garder le contact. Ils sont impatients de reprendre le travail. On commence à nettoyer les cuisines dans 15 jours. La cheffe envoie des idées pour la réouverture. Concernant l’escape game, on est entre la boite de nuit et le cinéma, alors on ne sait pas si on ouvre le 19 mai ou le 9 juin. On essaie là aussi de garder lien avec l’équipe. Ça va être difficile au début de reprendre toutes les habitudes de travail mais tout le monde est motivé pour la reprise !

 

En tant que chef, vous allez les accompagner ?

Bien évidemment. On l’a déjà vécu avec le premier confinement. Ici, c’est une région touristique, ça fonctionne bien. Cette fois-ci, la durée d’arrêt de travail a été plus longue. L’escape, ça avait repris très fort, mais le baron, c’est une nouvelle aventure. Ça va repartir fort parce que les gens ont hâte de pouvoir à nouveau aller au restaurant. On a une belle clientèle, on a refait le site et on a réussi à fidéliser durant ces peu de mois d’ouverture entre juin et octobre. On sait que dès le premier jour, on va devoir refuser du monde comme beaucoup d’autres restaurants. Cette reprise s’annonce donc très rythmée ! Au delà d’être un chef, il s’agit d’avantage d’être un leader ou d’essayer de s’en approcher : motiver, fédérer et porter son équipe vers le haut ! Ils savent que l’on peut compter les uns sur les autres et que nous sommes les premiers à leur donner un coup de main dès que possible.

 

Il y a des aides, vous êtes quatre associés, vous avez chacun votre structure, avez-vous senti une solidarité au centre-ville de La Rochelle ?

Au niveau de la ville en elle-même, c’est un peu la ville fantôme. Tout est fermé, ça fait un peu peur. Nous souffrons aussi d’une rue qui est en travaux pour la réouverture ; on croise les doigts pour que ce soit terminé rapidement. Ils vont mettre des pavés comme sur le port ; ça va être magnifique, mais il faut être patient. Nous avons en effet sollicité une aide au niveau de l’agglomération pendant ce confinement, nous avons la chance d’être dans une région solidaire de ses commerçants pour avoir pu comparer avec d’autres!

Est-ce que la mairie vient vers vous ? Est-ce qu’il y a des cellules d’écoute et de soutien ?

A notre demande, nous sommes plutôt bien accompagnés et conseillés pour obtenir des aides de la région. Le dossier était complexe mais les personnes en face à l’écoute et réactives. Personnellement j’ai été vraiment agréablement surpris et très touché par la bienveillance. On aurait pu rester ouvert le midi pour faire du burger ou des choses comme ça, mais on ne l’a pas fait car on n’avait pas assez de recul sur notre savoir-faire et pas de clientèle suffisamment existante sur le service du midi.

Tu es marié, tu as des enfants ?

On se marie cette année. Ça devait se faire l’année dernière… j’ai trois enfants, un grand de 26 ans qui est papa, je suis donc grand-père ! Il est associé avec moi à l’escape. Mon deuxième fils fait des études en codage informatique et vit en Corée du Sud actuellement et ma fille fait ses études à Paris dans le dessin 2D 3D mais revient régulièrement à la maison. Je suis très famille donc on fait tout pour rester en contact : repas de famille, on se voit en visio …  Je suis un papa poule !

Dernière question, si je peux me permettre. Comment vivez-vous les choses d’un point de vue plus personnel ?

Tu vois les choses comme tu veux ; soit le verre à moitié vide, soit le verre à moitié plein. Je le vois plutôt à moitié plein. Faut être optimiste, avancer, savoir se remettre en question … A chaque problème sa solution ! 

 

 

 

 

Entretien rédigé et retranscrit par Triipcool La Rochelle. www.triipcool-larochelle.com

 

 

 

 

Copyright ©. Tous droits réservés. 2021